Union du Peuple Français

Mouvement gaulliste et républicain
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Ce que Sarkozy propose pour relancer l'Europe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
le capitaliste

avatar

Nombre de messages : 205
Localisation : La France d'Après 2007 !
Date d'inscription : 24/12/2006

MessageSujet: Ce que Sarkozy propose pour relancer l'Europe   Dim 21 Jan 2007 - 15:24

Citation :
" L’amélioration du fonctionnement des institutions actuelles doit se faire rapidement. La plupart des réformes urgentes, bien que ponctuelles, relèvent du niveau des traités. Nous y sommes contraints, en vertu même des traités. Je rappelle que le traité de Nice prévoit un plafonnement de l'effectif de la Commission en 2009 et qu'il reste à l'organiser. J'avais rappelé aussi qu'en dépit du rejet par les Français du traité, un certain nombre de stipulations qu'il contenait avaient fait l'objet d'un large consensus, à droite comme à gauche. Car s’il y a une chose sur laquelle tout le monde était d’accord pendant la campagne, dans le camp du « oui » comme dans le camp du « non », c’est que le Traité de Nice n’est pas satisfaisant parce qu’il ne permet pas de fonctionner correctement à 27. Il faut donc recourir à un « mini-traité » pour réaliser les réformes institutionnelles les plus urgentes. Je voudrais aller plus loin et parler du contenu de ce « mini-traité. » Quelles sont à mon avis les priorités ?

- Le mini traité devrait reprendre les stipulations relatives à l’extension de la majorité qualifiée et de la codécision, notamment en matière judiciaire et pénale si nous ne pouvons pas le décider dès maintenant, mais aussi .

- Il devrait reprendre les stipulations relatives aux modalités de la majorité qualifiée, notamment la règle de la double majorité

- Il devrait reprendre les stipulations relatives au partage du pouvoir législatif entre Parlement et Conseil et à l’élection du Président de la Commission par le Parlement

- Il nous faut contrôler le respect du principe de subsidiarité, c'est-à-dire cette règle simple : l’Union n’a vocation à agir que lorsque son action est plus efficace, plus appropriée, que celle des Etats membres. Le respect de la subsidiarité, c’est l'Europe là où il le faut, autant qu’il le faut mais pas plus qu’il ne faut. Pour cela, le renforcement du rôle des parlements nationaux grâce à la procédure dite de l’« alerte précoce » doit figurer dans le "mini-traité".

- La question de la présidence stable du Conseil européen me semble aujourd’hui ne plus faire débat non plus. Tout le monde reconnaît qu’elle favoriserait des actions de plus long terme, avec un plus grand suivi.

- Il y a ensuite la mise en place d’un Ministre des Affaires étrangères de l’Union européenne qui cumulerait les fonctions actuelles de Haut Représentant de l’Union pour la politique étrangère et de sécurité commune, de Commissaire en charge des relations extérieures et de président du Conseil affaires étrangères.

- Deux autres séries de mesures ont fait l’objet d’un véritable consensus. Ce sont d'abord toutes celles qui concernent la démocratie participative au sein de l’Union, et plus particulièrement le droit d’initiative citoyenne, c’est-à-dire la possibilité donnée à un million de citoyens de demander à la Commission de faire des propositions dans tel ou tel domaine. Ce sont ensuite celles qui consacrent les coopérations renforcées.

- Enfin, le fait de doter l’Union de la personnalité juridique lui permettra d’adhérer et de siéger en tant qu’ensemble politique dans un certain nombre d’organisations.

Tout ceci peut être repris dans un mini traité, qui pourrait être négocié rapidement puisqu’il s’agirait de reprendre essentiellement les dispositions longuement travaillées au sein de la Convention européenne et de la CIG, et sans rouvrir les débats politiques sur lesquels un compromis avait été trouvé.
Ce mini traité, modifiant les traités de Nice et d’Amsterdam, pourra, comme eux, être soumis à la ratification du Parlement. Notre objectif devrait être de lancer son élaboration sous présidence allemande, en 2007, et d’achever les ratifications sous présidence française, en 2008, de manière à l’appliquer dès les prochaines élections européennes, à partir de 2009."

Fondation Amis de l'Europe et Fondation Robert Schuman, 8/09/ 2006
Revenir en haut Aller en bas
http://president-sarkozy.forumdediscussions.com/index.htm
El Caganer



Nombre de messages : 274
Date d'inscription : 19/01/2007

MessageSujet: Re: Ce que Sarkozy propose pour relancer l'Europe   Dim 21 Jan 2007 - 18:45

Citation :
J'avais rappelé aussi qu'en dépit du rejet par les Français du traité, un certain nombre de stipulations qu'il contenait avaient fait l'objet d'un large consensus, à droite comme à gauche.

Consensus a droite comme a gauche, l'UMPS à l'oeuvre pour brader notre souveraineté.


Citation :
- Le mini traité devrait reprendre les stipulations relatives à l’extension de la majorité qualifiée et de la codécision, notamment en matière judiciaire et pénale si nous ne pouvons pas le décider dès maintenant, mais aussi .

La majorité qualifiée... bref si la France est contre un projet de loi , si une majorité de pays européens l'adoptent, la France n'aura plus qu'a se taire et à l'appliquer. Perspective : le retour en force de Bolkestein...


Citation :
- Il nous faut contrôler le respect du principe de subsidiarité, c'est-à-dire cette règle simple : l’Union n’a vocation à agir que lorsque son action est plus efficace, plus appropriée, que celle des Etats membres.

Et qui décide de l'efficacité de l'action des Etats membres ?? Sans doute les camarades de la Commission Européenne...


Citation :
- Il y a ensuite la mise en place d’un Ministre des Affaires étrangères de l’Union européenne

A votre avis, ce "Ministre des Affaires étrangères de l’Union européenne ", il aurait décidé quoi face à l'invasion US de l'Irak ? Il est fort probable qu'il aurait suivi Bush, à l'époque, les gouvernements européens opposés à la guerre en Irak n'étaient pas si nombreux..


Citation :
- Deux autres séries de mesures ont fait l’objet d’un véritable consensus. Ce sont d'abord toutes celles qui concernent la démocratie participative au sein de l’Union, et plus particulièrement le droit d’initiative citoyenne, c’est-à-dire la possibilité donnée à un million de citoyens de demander à la Commission de faire des propositions dans tel ou tel domaine.

Avant de faire de la démocratie participative en Europe, essayer plutôt d'en faire en France!! Et déjà le principe de faire voter ce mini-traité par le parlement et non par référendum prouve que Sarko se préoccupe assez peu de cette "démocratie participative"...


Citation :
- Enfin, le fait de doter l’Union de la personnalité juridique lui permettra d’adhérer et de siéger en tant qu’ensemble politique dans un certain nombre d’organisations.

quelles organisations ? La France est déjà présente dans la majorité des organisations, je voit pas trop a quoi ça servirai que l'UE y soit présente à sa place.

Sinon vous pensez que ces organisations laisseront l'UE ET les Etats membres de l'UE siéger ? Il faudra faire un choix, alors laissons la France s'exprimer directement dans ces organisations plutôt que d'y coller l'UE !

Citation :
Tout ceci peut être repris dans un mini traité, qui pourrait être négocié rapidement puisqu’il s’agirait de reprendre essentiellement les dispositions longuement travaillées au sein de la Convention européenne et de la CIG, et sans rouvrir les débats politiques sur lesquels un compromis avait été trouvé.

bref laissons les français en dehors de tout ça, ça ira plus vite. Et la démocratie participative ?

Citation :
Ce mini traité, modifiant les traités de Nice et d’Amsterdam, pourra, comme eux, être soumis à la ratification du Parlement. Notre objectif devrait être de lancer son élaboration sous présidence allemande, en 2007, et d’achever les ratifications sous présidence française, en 2008, de manière à l’appliquer dès les prochaines élections européennes, à partir de 2009."

vite vite, des fois que les français se réveillent et comprennent qu'on essaie de leur faire prendre "en poudre" la pilule dorée du TCE qu'ils avaient recrachée lors du référendum...
Revenir en haut Aller en bas
Sébastien
Admin
avatar

Nombre de messages : 662
Localisation : Lorraine
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: Re: Ce que Sarkozy propose pour relancer l'Europe   Lun 22 Jan 2007 - 2:37

Sarkozy nie le vote des français du 29 mai, en effet celui ci n'a pas dit NON qu'à quelques parties du TCE mais sur la totalité alors qu'est ce qui permet à Sarkozy de prétendre que tout le monde était d'accord avec la 1ère partie du TCE ? La plus importante puisque c'est celle qui déléguait encore plus de souveraineté à Bruxelles.

En même temps cela ne surprend pas, on sait très bien qu'avec un tel système la France aurait du participer à la guerre en Irak puisqu'une grande partie des nations européennes sont pro USA. La meilleure façon pour Sarkozy de suivre ses maîtres à penser sans passer pour coupable aux yeux des français: "Ce n'est pas de ma faute c'est l'Europe qui l'a décidé et l'Europe c'est vous qui l'avez voulu" ceci vaut aussi bien au niveau diplomatique qu'économique puisque les français ne sont pas sans savoir que le démentèlement de notre service public et sa mise en concurrence fut imposée par Bruxelles.

La plus mauvaise foi est celle des socialistes qui promettent aux français de garantir les services publics et de protéger les acquis sociaux (comme les retraites) alors qu'en tant que bons européïstes ils se soumettent à Bruxelles qui leur demande de faire l'inverse dans la logique de la politique libérale de l'Europe.

-----------------------

Ajout du 22 Mars :

Le 21 février 2007, Nicolas Sarkozy était en meeting à Strasbourg pour expliquer sa vision de l'Europe et comment il comptait la faire.

Citation :
Sarkozy : "la France ne peut rien sans l'Europe"

En meeting à Strasbourg mercredi soir, il a plaidé pour une Europe qui "ne doit pas être le cheval de Troie de la mondialisation".
Selon lui, la crise que traverse l'UE n'est "pas institutionnelle", mais "politique, morale, culturelle". Il veut soumettre "dès l'été 2007" pour ratification au Parlement un "traité simplifié de nature institutionnelle".


Plus un soir sans meeting. Après Ségolène Royal mardi soir à Rennes, Nicolas Sarkozy était mercredi soir à Strasbourg, pour parler d'Europe. Prenant pour référence les actions pour l'Europe Jean Monnet -dont il se "sent l'héritier", - du général De Gaulle -qui "a accompli la vraie réconciliation avec l'Allemagne"- ou encore de Maurice Schumann, le candidat de l'UMP a dit vouloir relancer l'Europe "contre la mondialisation".
Selon lui, "la crise de l'Europe n'est pas Néerlandaise, pas Française, elle est Européenne. La crise n'est pas institutionnelle, elle est politique, elle est morale, elle est culturelle. C'est une crise de la civilisation européenne", qui est "responsable du rejet de la Constitution". "L'Europe est un idéal" auquel il n'a "pas l'intention de renoncer au prétexte qu'il y a une incompréhension entre l'Europe et tant de nos compatriotes", a-t-il expliqué devant quelque 7.000 personnes qui scandaient "Sarko président", se disant "Européen de coeur, de raison, de convictions".

"Les Etats-Unis savent protéger et promouvoir leurs intérêts"

C'est pourquoi, cette crise "grave" doit "être résolue sans attendre", sinon "l'Europe risque de mourir". Or "la France ne peut rien sans l'Europe". Mais "si l'Europe ne change pas, il n'y aura plus d'Europe". Pour "débloquer l'Europe institutionnellement", il a redit qu'il voulait soumettre pour ratification au Parlement un "traité simplifié de nature institutionnelle", ceci "dès l'été 2007".

Redisant son opposition à l'entrée de la Turquie dans l'UE, Nicolas Sarkozy a ensuite affirmé : "Si je suis élu, je défendrai une Europe politique, donc une Europe qui a des frontières", mais aussi une "Europe économique". "Les Etats-Unis savent protéger et promouvoir leurs intérêts (...) Ce que les Etats-Unis font, pourquoi l'Europe ne le ferait-il pas ?", s'est-il interrogé, mettant en garde "tous les candidats" contre toute "démagogie" sur la question européenne.

http://tf1.lci.fr/infos/elections-2007/0,,3397194,00-sarkozy-france-peut-rien-sans-europe-.html

Nous constatons donc que le programme européen de Nicolas Sarkozy, l'héritier de Jean Monnet (comme il s'affirme), n'a rien à envier aux plus fédéralistes des européens, bien au contraire la où d'autres veulent consulter les français sur la question européenne, Monsieur Sarkozy compte faire passer sa vision "des états-unis d'Europe" par la force.

"Les Etats-Unis savent protéger et promouvoir leurs intérêts (...) Ce que les Etats-Unis font, pourquoi l'Europe ne le ferait-il pas ?"

A la différence Monsieur Sarkozy que les Etats-Unis sont une nation contrairement à l'Europe.

L'un des hériters du général, que je suis, répondra donc à l'héritier de Jean Monnet, que vous êtes, par ce passage d'un livre assez connu.

A quelle profondeur d'illusion ou de parti pris faudrait-il plonger, en effet, pour croire que des nations européennes, forgées au long des siècles par des efforts et des douleurs sans nombre, ayant chacune sa géographie, son histoire, sa langue, ses traditions, ses institutions, pourraient cesser d'être elles-mêmes et n'en plus former qu'une seule ? A quelles vues sommaires répond la comparaison, souvent brandie par des naïfs, entre ce que l'Europe devrait faire et ce qu'ont fait les Etats-Unis, alors que ceux-ci furent créés, eux, à partir de rien, sur une terre toute nouvelle, par des flots successifs de colons déracinés ? Pour les six, en particulier, comment imaginer que leurs buts extérieurs leur deviennent soudain communs, alors que leur origine, leur situation, leur ambition sont très différentes ?

Charles de Gaulle, Mémoires d'Espoir

--------------------------------------------------

Pour information voici une petite biographie de celui qui est la référence en construction européenne de Nicolas Sarkozy:

En 1950, devant la montée des tensions internationales, Jean Monnet estime le moment venu de tenter un pas irréversible vers l'union des pays européens. Dans sa Maison des Yvelines, il conçoit, avec son équipe, l'idée de la Communauté européenne. Le 9 mai 1950, avec l'accord du Chancelier Adenauer, Robert Schuman, Ministre des Affaires étrangères, fait au nom du gouvernement français une déclaration, préparée par Jean Monnet, proposant de placer l'ensemble de la production franco-allemande de charbon et d’acier sous une Haute Autorité commune ouverte aux autres pays d’Europe. "Par la mise en commun des productions de base et l'institution d’une Haute Autorité nouvelle, dont les décisions lieront la France, l’Allemagne et les pays qui y adhéreront, cette proposition réalisera les premières assises concrètes d'une fédération européenne indispensable à la préservation de la paix" déclare Robert Schuman. Aussitôt la RFA, I'ltalie, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas répondent favorablement. Ainsi naît la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier (CECA), jetant les bases de la Communauté européenne.

En 1952, Jean Monnet est le premier président de la Haute Autorité de la Communauté Européenne du Charbon et l’Acier (la CECA).

En 1955, pour relancer la construction européenne après l'échec de la Communauté européenne de défense (CED), il fonde le "Comité d’action pour les Etats-Unis d’Europe" Afin de poursuivre son activité en faveur de l’unité européenne à travers lui. Ce comité regroupe les forces syndicales et politiques des six pays et représente plus de dix millions de personnes. Il prône une fédération européenne et propose de placer le siège des institutions communautaires dans un « district fédéral » échappant aux souverainetés nationales. Jean Monnet l’anime jusqu'en 1975, et travaille sur les projets de traité pour le Marché Commun et d’Euratom, qui aboutissent au traité de Rome, le 25 mars 1957, et sur le projet d’élargissement de la Communauté au Royaume-Uni.

Sous son infatigable impulsion, ce comité devient un remarquable instrument d’entraînement de toutes les initiatives en faveur de l’union de l'Europe : création du Marché commun, du Système Monétaire Européen et du Conseil européen, adhésion britannique à la Communauté, élection du Parlement européen au suffrage universel.
Revenir en haut Aller en bas
http://u.p.f.over-blog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ce que Sarkozy propose pour relancer l'Europe   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ce que Sarkozy propose pour relancer l'Europe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Synthèse - l'Esperanto, un défi pour l'Europe
» Le CSA fait campagne pour Sarkozy
» Sarkozy mis en examen pour abus de faiblesse : vos réactions !
» Europe Fédérale
» Sarkozy veut créer une force navale européenne !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Union du Peuple Français :: Archives :: Présidentielles et législatives 2007-
Sauter vers: