Union du Peuple Français

Mouvement gaulliste et républicain
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 13 mai 1958

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Christof.
Admin
avatar

Nombre de messages : 477
Localisation : Brive la Gaillarde (19)
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: 13 mai 1958   Mar 13 Mai 2008 - 21:21

Nous fêtons aujourd'hui le cinquantenaire du retour au pouvoir du général de Gaulle.

Celui-ci fait encore couler beaucoup d'encre et reste controversé.

Preuve en est, la presse bruisse de spéculations sur ce "péché originel" comme l'Express n°2966 du 8 au 14 mai 2008 qui titre en Une sur le "13 mai 1958 : les secrets d'un coup d'Etat"

Rien d'étonnant quand l'on sait que c'est dans le même hebdomadaire que Jean-Paul Sartre avait fait paraître en septembre 1958 : "Les grenouilles qui demandent un roi"...

Ainsi donc revoilà le serpent de mer de la politique française sur la nature des événements du 13 mai 1958.

Alors, coup d'État ou pas ?

"Ni coup d’État ni putsch, rien qu’une pression un peu vive sur les élus du peuple" affirmera avec justesse l'historien et politologue René Rémond.

Le 13 mai 1958 est une de ces journées d'agitation fiévreuse qui ponctuent périodiquement l'histoire politique de notre pays. A cet égard, la crise de 1958 ne donnait aucune assurance au général de Gaulle que sa traversée du désert allait prendre fin, les insurgés d'Alger n'ayant pour la plupart d'autres souci que la défense de l'Algérie et d'empêcher l'investiture de Pierre Pflimlin, partisan d'une décolonisation libérale pour l'Algérie. Lui-même s'accordait-il quelque chance ?

L'interview de Michel Tauriac dans le Parisien-Aujourd'hui en France de ce mardi renforce cette interrogation.

N'en déplaise à certains, aucun élément n'accrédite la thèse que De Gaulle aurait fomenté l’un ou l'autre des complots du 13 mai.
Définir le 13 mai 1958 comme un coup d'Etat, c'est pêcher par excès de simplicité et vouloir ranger a posteriori des événements dans une logique de rationalité qu’ils n’avaient pas et plus encore, croire que le cours des choses ne pouvait être autre que ce qu’il fut alors que tout demeurait possible.
Définir le 13 mai 1958 comme un coup d'Etat, c'est ignorer l'évolution démocratique de la Vème République, une République fondée par de Gaulle où la continuité doit être assurée par le mode d'élection lui-même, qui, chaque fois, restitue au peuple la totalité de son pouvoir souverain... difficile alors de croire en une captation du pouvoir par De Gaulle (qui est parti de lui-même et ne s'est point accroché au pouvoir soit dit en passant...)

Si vous voulez en savoir plus sur cet événement, je vous invite à lire Pierre Lefranc qui a raconté en 2004 dans Le Nouvel Observateur les instants privilégiés passés aux côtés du général de Gaulle en mai 1958 :

Pierre Lefranc in Nouvel Observateur a écrit:
«De Gaulle a manoeuvré de façon magistrale»

Propos recueillis par Claude Weill
Le Nouvel Observateur nº 2085 du 21 au 27 octobre 2004

_________________
Christophe CHASTANET
Secrétaire général d'Initiative Gaulliste et de l'Union du Peuple Français
Revenir en haut Aller en bas
http://monsite.wanadoo.fr/initiative.gaulliste
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 13 mai 1958   Mer 14 Mai 2008 - 13:15

Bon anniversaire à tous les gaullistes de coeur, même si à titre personnel je pense que c'était bien un coup d'Etat, hors norme sûrement, mais quand même.

Et le fait que de Gaulle ne se soit pas accroché au pouvoir ne veut en rien signifier qu'il ne l'a pas pris. D'accord, il l'a fait pour le bien du pays (ce qui est vrai) il n'empêche que la technique a un nom et ce nom est coup d'Etat.

C'est un peu comme Spaggiari : "ni armes, ni violence et sans haine" d'accord mais c'était quand même un braquage.

Très ironique comme comparaison mais explicite.
Revenir en haut Aller en bas
Christof.
Admin
avatar

Nombre de messages : 477
Localisation : Brive la Gaillarde (19)
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: Re: 13 mai 1958   Mer 14 Mai 2008 - 17:02

Wings a écrit:
Bon anniversaire à tous les gaullistes de coeur, même si à titre personnel je pense que c'était bien un coup d'Etat, hors norme sûrement, mais quand même.

Et le fait que de Gaulle ne se soit pas accroché au pouvoir ne veut en rien signifier qu'il ne l'a pas pris. D'accord, il l'a fait pour le bien du pays (ce qui est vrai) il n'empêche que la technique a un nom et ce nom est coup d'Etat.

C'est un peu comme Spaggiari : "ni armes, ni violence et sans haine" d'accord mais c'était quand même un braquage.

Très ironique comme comparaison mais explicite.

En effet, les mots ont un sens !

Mai 1958 n'eut rien de sanglant et encore moins d'un changement de pouvoir soudain, imposé par surprise !
Les organes centraux de l'État n'ont jamais été occupés ou les gouvernants arrêtés.

Que reproche-t-on à De Gaulle ? d'avoir profité de circonstances qu'il aurait contribué à créer (directement ou indirectement selon les thèses accréditant l'idée du coup d'Etat)...

Or, c'est vite oublier que l'émeute du 13 mai à Alger aboutissant à la prise d'assaut du Gouvernement Général n'est pas l'oeuvre de gaullistes mais de leaders aussi divers que variés (le poujadiste Joseph Ortiz, le responsable étudiant Pierre Lagaillarde ou Robert Martel) et que le premier Comité de salut public qui est formé se compose de militaires et de civils pour la plupart inconnus, sans gaullistes déclarés.

D'ailleurs, Delbecque, envoyé spécial à Alger par Chaban et vers qui tous les soupçons se portent aujourd'hui, est pris de court par ce soulèvement et arrivé tardivement sur place, il ne devra sa présence au sein du Comité de salut public qu'en s'étant présenté comme l'envoyé de Soustelle.

Le 13 mai n'est qu'une manifestation qui a dégénéré. Il n'y a ni coup d'État civil, ni coup d'État militaire.

Citant à nouveau René Rémond, ma conclusion est que "faute d’avoir alors pris les décisions qui pouvaient renverser le cours des choses, rétablir l’autorité, prévenir l’appel à de Gaulle, couper court à l’exploitation des faits, le gouvernement ne put ensuite qu’assister à son dépérissement progressif." Et compte tenu de l'état de déliquescence des institutions de la IVème République, cela ne fut guère une surprise.

Une chose est certaine, De Gaulle a fait preuve d'une stupéfiante maîtrise, jouant remarquablement du temps, et du silence avec un art consommé de stratège. De là à en faire le commanditaire de ces événements qui ont abouti à son retour au pouvoir, il y a un pas infranchissable...

_________________
Christophe CHASTANET
Secrétaire général d'Initiative Gaulliste et de l'Union du Peuple Français
Revenir en haut Aller en bas
http://monsite.wanadoo.fr/initiative.gaulliste
grossmann



Nombre de messages : 43
Date d'inscription : 27/04/2009

MessageSujet: Et de Gaulle créa la Cinquième   Mer 21 Avr 2010 - 18:17

A regarder ce soir le documentaire retraçant la naissance de la Vème république et les premières années du "règne" du Général de Gaulle sur France 3 à 22:50 :

...Et De Gaulle créa la Cinquième
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 13 mai 1958   

Revenir en haut Aller en bas
 
13 mai 1958
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Deux 22 janvier 1957/1958 au 3e R.P.C en Algérie
» Ecole nautique de Bruges (1954 à 1958)
» né sous x lyon le 31 décembre 1958
» Opération "Soukiès I" Algérie 1958
» LE 18 FEVRIER 2014 STADE DU 13 AVRIL 1958

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Union du Peuple Français :: Le gaullisme :: L'héritage et la doctrine gaulliste-
Sauter vers: