Union du Peuple Français

Mouvement gaulliste et républicain
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La mort de Maurice Papon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Christof.
Admin
avatar

Nombre de messages : 477
Localisation : Brive la Gaillarde (19)
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: La mort de Maurice Papon   Lun 19 Fév 2007 - 12:50

Condamné pour complicité de crimes contre l'humanité, l'ancien préfet et ministre est décédé samedi à l'âge de 96 ans.

Une disparition qui n'attristera sûrement personne et pour cause.

Néanmoins, avec ce décès, réapparaissent ça et là dans les médias les travers du procès de Bordeaux en 1997.

Pour beaucoup celui-ci avait été perçu, non comme le procès d'un homme symbole de la collaboration avec l'Allemagne nazie, mais bien comme le procès du gaullisme et du général de Gaulle...

Personne, parmi les vrais gaullistes, n'a pu oublier cet article de Philippe Séguin qui, dans Le Figaro du 21 octobre 1997, explosait : "assez, assez, il est inadmissible, à force d'amalgames, de paraître à propos de Papon faire le procès du général de Gaulle, du gaullisme et au total de la France"

En effet, que n'a t-on pas entendu sur le soutien ou l'approbation du général à ce préfet de police dévoué !

D'où l'intérêt de lire ce week-end la mise au point d'Annette Wieviorka, bien placée tant par son métier que par son passé familial pour ne pas être taxée de sympathie pour Papon !

Citation :
«Ni De Gaulle ni Mitterrand ne connaissaient le passé de Papon»

20Minutes.fr | 18.02.07

Annette Wieviorka est directrice de recherche au CNRS et spécialiste de la Shoah.

Maurice Papon a été condamné en 1998 à dix ans de réclusion pour complicité de crimes contre l’humanité. A-t-il eu un rôle important dans la déportation des juifs sous l’Occupation ?

Non, au poste de secrétaire général de la préfecture de Bordeaux, il était un petit rouage de l’administration de Vichy. Il n’a d’ailleurs été condamné «qu’à» dix ans de prison. Mais son procès a été celui par défaut des deux principaux collaborateurs qui ont échappé à la justice: René Bousquet, secrétaire général de la police de Vichy, et Jean Leguay, délégué de Bousquet et organisateur de la rafle du Vel d’Hiv. Le premier a été assassiné par un déséquilibré en 1993 et le second est mort dans son lit en 1989. Ils ont échappé à la justice parce que, d’une certaine manière, Serge Klarsfeld, avec les procès de Cologne, souhaitait poursuivre d’abord les coupables allemands avant de mettre à jour la collaboration française.

Lorsqu’il a été jugé, Maurice Papon était bien plus célèbre pour son poste de préfet de police de Paris à la fin des années 50 – et les répressions d’octobre 1961 et du métro Charonne – que pour sa collaboration.

Comment expliquer qu’il ait réussi, après la guerre, à rester à de très hauts postes de l’Etat?

Certes, il y a eu l’épuration mais elle n’a pas entravé les carrières de tous les hauts fonctionnaires. Et puis Maurice Papon a mis en avant qu’il avait aussi fait un peu de résistance. Vous savez, cette question de la collaboration n’a pas tourmenté les gens avec qui il a travaillé. On a du mal à comprendre aujourd’hui que le génocide des juifs n’a pas tourmenté les Français ni la classe politique pendant de nombreuses décennies. Personne ne cherchait à savoir le rôle précis des uns et des autres pendant la guerre. Je crois que ni De Gaulle ni Mitterrand – qui entretenait des liens avec Bousquet - ne connaissaient le passé de Papon. Ils ne cherchaient pas à le savoir en tous les cas.

Très symptomatique a été le témoignage de plusieurs ministres et résistants, pour la défense de Papon lors de son procès, comme Maurice Druon ou Jean Mattéoli.

Peut-on penser qu’un jour il sera jugé également pour son rôle dans la répression du 17 octobre 1961 et du métro Charonne?

Sur la question du génocide juif existe un consensus de la nation exprimée par Jacques Chirac en 1995 qui a reconnu le rôle des autorités françaises dans la collaboration. La guerre d’Algérie fait, elle, encore l’objet de nombreux débats avec la présence en France des harkis, des appelés ou encore des pieds noirs. La rivalité et les massacres entre le FLN et les partisans de Messali Hadj font de cette histoire un enjeu complexe sur lequel un travail historique est en cours. Mais je ne suis pas sûre, personnellement, que la judiciarisation de l’histoire soit une bonne chose tant de temps après.

Propos recueillis par Alexandre Sulzer

Un article bien utile pour rétablir quelques vérités historiques !

Aurait-on tous oublié les conditions de la restauration de l'autorité de l'Etat au sortir de la guerre ?

Il fallait reconstruire le pays et les hauts-fonctionnaires issus de la Résistance étaient trop peu nombreux et inexpérimentés. Pour De Gaulle, l'autorité de l'Etat exigeait donc que l'on ne regardât pas de trop près la carrière de ceux qui avaient travaillé pour le régime de Vichy.

Certes, cela peut choquer avec notre regard et nos valeurs politiques ou philosophiques de 2007, sortis de leur contexte, bercés que nous sommes tous par le procès d’Eichmann et ses suites ainsi que par le devoir de mémoire, tellement nécessaire à notre temps.

J'ai la prétention, quant à moi, de ne pas me transporter en 1945 pour juger de la Réconciliation Nationale à la Libération et de croire que De Gaulle a agi avec discernement face à une situation de crise que l'on ne peut souhaiter à personne.

_________________
Christophe CHASTANET
Secrétaire général d'Initiative Gaulliste et de l'Union du Peuple Français
Revenir en haut Aller en bas
http://monsite.wanadoo.fr/initiative.gaulliste
Wings
Invité



MessageSujet: Re: La mort de Maurice Papon   Mer 30 Mai 2007 - 15:37

Cela rejoint un peu l'attitude qui consiste à ne pas fêter Austerlitz mais Trafalgar, et de traiter Napoléon d'assassin et de criminel.

Ce qu'oublient les gens c'est que si Chirac, Sarkozy ou autres avaient été au pouvoir à cette époque, et s'ils avaient eu une autre politique militaire que celle de l'Empereur, et bien la France ne serait pas devenue le grand pays qu'elle a longtemps été.

Nous serions anglais, allemand ou autre aujourd'hui et la France aurait disparue depuis + de deux cents ans......................
Revenir en haut Aller en bas
 
La mort de Maurice Papon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» mort tragique d'un pompier talantais dans le var
» 1087 - Mort de Guillaume le Conquérant à Rouen ...
» Saint Maurice d'Etelan FENESTRE
» Paulo le poulpe est mort !!!!!!!!!
» Forum Mort Sûre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Union du Peuple Français :: Divers :: Les salons de l'UPF-
Sauter vers: