Union du Peuple Français

Mouvement gaulliste et républicain
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Je t'aime, moi non plus: le cadeau d'adieu de Chirac à Sarko

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Christof.
Admin
avatar

Nombre de messages : 477
Localisation : Brive la Gaillarde (19)
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: Je t'aime, moi non plus: le cadeau d'adieu de Chirac à Sarko   Jeu 22 Mar 2007 - 11:20

Jacques Chirac a écrit:
« Il y a cinq ans, j'ai voulu la création de l'UMP et ceci pour permettre à la France de conduire une politique rigoureuse de modernisation dans la durée. Cette formation a choisi la candidature de Nicolas Sarkozy. Et ceci en raison de ses qualités. C'est donc tout naturellement que je lui apporterai mon vote et mon soutien. »

Une brève déclaration télévisée, d'à peine plus de deux minutes, et Jacques Chirac s'est débarassé hier matin de cette obligation manifestement pesante, imposée par le contexte autant que par Nicolas Sarkozy.

Service minimum, soutien a minima, tout a été dit pour qualifier cette annonce qui n'interesse finalement personne excepté les derniers survivants du chiraquisme qui, pour avoir cherché à les contacter dans le cadre de la recherche des signatures pour NDA, ont disparu comme neige au soleil.

Une page se tourne ; celle que Chirac conseille officiellement d'ouvrir est pourtant encore pire.

Car si l'on connait la valeur des soutiens de Chirac - Giscard est bien placé pour le savoir - force est de constater qu'il ne s'est pas abstenu d'adouber Sarkozy, ce qu'il aurait pu faire compte tenu de sa fonction qui est toujours la sienne.
Mais Chirac n'est définitivement pas gaulliste.

Sarkozy, c'est quoi ?
Une posture et des propositions. Nous les connaissons tous depuis longtemps, nos positions sur le sujet également.
Mais c'est également un bilan. Et il n'a jamais été aussi interessant de s'y pencher qu'au moment où il quitte le ministère de l'Intérieur.

Que constate t-on ?
Violences dans les stades ; agressions en milieu scolaire ; émeutes en banlieues en novembre 2005 ==> TOTAL : les atteintes aux personnes explosent : + 50 000 victimes de violence en plus depuis 5 ans... !
Seules les atteintes aux biens ont reculé, comme dans toute l'Europe, sous la pression des assureurs qui ont conduit les constructeurs automobiles à renforcer leurs systèmes d’alarme et les magasins à adopter des systèmes de vidéo-surveillance perfectionnés.

Au final, un bilan plus que mitigé qui contraste avec les méthodes employées et le discours officiel.
Les français ne l'oublieront pas au moment de voter le 22 avril.

_________________
Christophe CHASTANET
Secrétaire général d'Initiative Gaulliste et de l'Union du Peuple Français
Revenir en haut Aller en bas
http://monsite.wanadoo.fr/initiative.gaulliste
Christof.
Admin
avatar

Nombre de messages : 477
Localisation : Brive la Gaillarde (19)
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: Un homme libre ?   Mar 27 Mar 2007 - 11:32

Nicolas Sarkozy a écrit:
"Me voilà libre d'aller vers les Français"

Comme prévu, Nicolas Sarkozy a quitté hier matin le ministère de l'Intérieur pour se consacrer pleinement à une campagne qu'il n'a pourtant jamais cessé depuis le 7 mai 2002, lendemain de la réélection de Jacques Chirac.

Tous les moyens de l'Etat ont servi un seul but : sa promotion, sa médiatisation.

La confusion des genres cesse donc enfin officiellement même s'il n'en est rien dans les faits puisqu'avant de quitter la Place Beauvau, Sarkozy a placé hommes de confiance et soutiens indéfectibles aux plus hautes fonctions de la police.

Son bilan, nous l'avons déjà abordé, il est médiocre.
Son avenir, ce sont les français qui en décideront.
Mais manifestement cet homme se sent éloigné du peuple quand il est aux responsabilités. En effet, pendant 5 ans il aurait été "prisonnier" et a dû attendre d'être candidat à la présidentielle, à moins d'un mois du premier tour, pour pouvoir aller librement à la rencontre des français...
Les français savent donc ce qu'ils leur restent à faire s'ils ne veulent pas d'un président lié à d'autres intérêts que ceux de la nation et de son peuple !

En attendant, il est remplacé avec réticence par François Baroin, chiraquien et homme de confiance du président sortant qui aura la charge de veiller au bon déroulement des élections.
Ambitieux, il va devoir maintenant naviguer sans son mentor qui lui offre ce dernier coup de pouce. Une victoire de Sarkozy en mai et gageons que l'horizon de ses ambitions à peine éclairci s'assombrira pour longtemps...

_________________
Christophe CHASTANET
Secrétaire général d'Initiative Gaulliste et de l'Union du Peuple Français
Revenir en haut Aller en bas
http://monsite.wanadoo.fr/initiative.gaulliste
Christof.
Admin
avatar

Nombre de messages : 477
Localisation : Brive la Gaillarde (19)
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: Info ou intox ?   Jeu 12 Avr 2007 - 11:45

Ci-dessous, un article sur la protection qu'aurait promise Sarkozy à Chirac en échange de son soutien, paru dans Le Parisien-Aujourd'hui en France de ce jeudi 12 avril 2007.

Que cette information soit exacte ou pure invention, elle ne surprend personne compte tenu de l'identité des deux protagonistes de cette affaire. Qui peut imaginer un seul instant que Jacques Chirac ait pu manifester un soutien public à son rival sans contrepartie de quelque nature que ce soit ?

Tout se paye en politique, les trahisons comme les soutiens, les paroles comme les silences.

Faut-il pour autant désespérer de la politique ? A l'UPF, pour notre part, nous ne le pensons pas. Les pratiques des uns ne sont pas forcément celles des autres.

Bonne lecture.


Le Parisien-Aujourd'hui en France a écrit:
JACQUES CHIRAC et Nicolas Sarkozy ont-ils passé un pacte secret avant l'élection présidentielle, qui éviterait au chef de l'Etat, bientôt à la retraite, d'être convoqué par les juges ? C'est ce qu'affirme, avec force détails, « le Canard enchaîné » dans son édition d'hier. En échange de son soutien pour 2007, le candidat UMP aurait promis au président qu'il bénéficierait d'une quasi-immunité judiciaire s'il était élu. Les deux hommes auraient évoqué le sujet à plusieurs reprises lors de leurs tête-à-tête du lundi à l'Elysée.

« Je démens de la façon la plus ferme »

« Le Canard enchaîné » précise qu'il ne s'agit pas de faire voter une loi d'amnistie spécifique aux affaires financières, manoeuvre jugée trop risquée. Mais d'inclure dans un projet de loi, destiné à renforcer la lutte contre la délinquance, un article spécifique imposant aux juges de clore leurs dossiers dans un délai très strict. Délai qui, toujours selon les infos du « Canard », ne dépasserait pas une dizaine d'années pour les faits incriminés. Résultat : plusieurs affaires concernant Jacques Chirac passeraient purement et simplement à la trappe. Il s'agit des emplois fictifs du RPR, des agissements de la Sempap, imprimerie dissoute en 1996 et soupçonnée d'avoir favorisé des entreprises liées à la mairie de Paris ou encore des billets d'avions gratuits obtenus par le président et son épouse auprès de la compagnie aérienne Euralair. Lorsqu'il aura quitté l'Elysée, le chef de l'Etat redeviendra, en effet, un justiciable comme un autre. Info ? Intox ? Les informations du « Canard enchaîné » semblent puisées aux meilleures sources, le journal citant notamment un proche de Jacques Chirac. Mais, hier, les démentis se sont enchaînés les uns après les autres. Mis en cause, Nicolas Sarkozy juge l'article « grotesque, blessant et mensonger ». Et d'ajouter furieux : « Cela ne repose sur aucune espèce de réalité. Je démens de la façon la plus ferme et la plus complète. » Même son de cloche à l'Elysée, l'entourage de Jacques Chirac évoquant « des allégations totalement infondées et mensongères. Il s'agit d'un procédé scandaleux et inacceptable que la période électorale ne saurait excuser ». Les syndicats de magistrats se montrent prudents. Ils jugent que le mécanisme décrit par « le Canard enchaîné » demeure imprécis et compliqué à mettre en oeuvre. Mais, en pleine campagne électorale, le sujet fait évidemment réagir. Le PS demande à chaque candidat de « s'engager à ne pas étouffer ou amnistier » les affaires en cours. De son côté, François Bayrou s'interroge. « Si c'est vrai, c'est évidemment inacceptable, dit-il. Moi élu, les procédures seront organisées normalement, elles iront à leur terme. »


Frédéric Gerschel

_________________
Christophe CHASTANET
Secrétaire général d'Initiative Gaulliste et de l'Union du Peuple Français
Revenir en haut Aller en bas
http://monsite.wanadoo.fr/initiative.gaulliste
le capitaliste

avatar

Nombre de messages : 205
Localisation : La France d'Après 2007 !
Date d'inscription : 24/12/2006

MessageSujet: Re: Je t'aime, moi non plus: le cadeau d'adieu de Chirac à Sarko   Ven 13 Avr 2007 - 16:28

Christof. a écrit:
Tous les moyens de l'Etat ont servi un seul but : sa promotion, sa médiatisation.

Toutes ces accusations sont indignes et intolérables. Je vous rappelle que Monsieur Sarkozy a été le premier homme politique français à avoir démissionné de son poste du fait qu'il était candidat à la plus haute et importante élection nationale. Je vous rappelle que ni Monsieur Chirac, ni Monsieur Jospin, ni Monsieur Mitterrand, ni Monsieur Balladur, ni Monsieur Giscard d'Estaing ne l'avaient fait.

Christof. a écrit:
Ci-dessous, un article sur la protection qu'aurait promise Sarkozy à Chirac en échange de son soutien, paru dans Le Parisien-Aujourd'hui en France de ce jeudi 12 avril 2007.

Que cette information soit exacte ou pure invention, elle ne surprend personne compte tenu de l'identité des deux protagonistes de cette affaire. Qui peut imaginer un seul instant que Jacques Chirac ait pu manifester un soutien public à son rival sans contrepartie de quelque nature que ce soit ?

Le conseiller politique de Nicolas Sarkozy, François Fillon, a jugé que ces accusations sont "grotesques". "Quand Nicolas Sarkozy rencontre le président de la République, ils sont tous les deux. C'est ou Nicolas Sarkozy, ou le président de la République qui a livré ces confidences au Canard. Qu'est-ce que ça veut dire?".

Il a estimé sur "France-24" que ces allégations "sont contraires au droit français", soulignant qu'"une loi ne peut pas revenir sur des affaires qui sont en cours d'examen. Or les affaires qui concernent le président de la République ont fait l'objet d'une suspension".

"Depuis le début de la campagne", le journal satirique "a eu vingt occasions de traîner Nicolas Sarkozy dans la boue", a poursuivi François Fillon. "C'est une campagne anti-Nicolas Sarkozy, c'est une campagne qui est en dessous de la ceinture".
Revenir en haut Aller en bas
http://president-sarkozy.forumdediscussions.com/index.htm
le capitaliste

avatar

Nombre de messages : 205
Localisation : La France d'Après 2007 !
Date d'inscription : 24/12/2006

MessageSujet: Re: Je t'aime, moi non plus: le cadeau d'adieu de Chirac à Sarko   Ven 13 Avr 2007 - 16:42

Christof. a écrit:
Au final, un bilan plus que mitigé qui contraste avec les méthodes employées et le discours officiel.
Les français ne l'oublieront pas au moment de voter le 22 avril.

Encore une fois, son bilan au sein de ce ministère est de loin, le meilleur depuis des lustres.
Certes, son bilan n'est pas parfait, sinon à quoi cela servirait-il qu'il se présente ?

Voici les grandes lignes de son bilan.

Citation :
On observe un recul :

- de la délinquance générale. Après avoir baissé de 3,4% en 2003, de 3,8% en 2004 et de 1,3% en 2005, la délinquance régresse en 2006 de 1,3%. Alors que la délinquance avait augmenté de 17,8% entre 1997 et 2002, elle a baissé de 9,4% depuis 2002. Cela veut dire que, depuis 2002, plus de 1 153 000 victimes ont été épargnées. Dans 90 départements la délinquance baisse depuis 2002.

- de la délinquance de voie publique de 9% en 2003, de 8,5% en 2004, de 4,8% en 2005, de 4,4% en 2006. En cinq ans, la baisse est de 24%.

- de 16,4% des atteintes aux biens ;

- de 10,8% des escroqueries et infractions économiques et financières

- de 20% de la criminalité organisée et de la délinquance spécialisée

- 17,2% des atteintes aux biens de 2002 à 2006


Certes, les atteintes physiques ont augmenté de 13,9% mais il faut rappeller qu'entre 1998 et 2002, elles avaient explosé, en progressant de plus de 40%. Ce qui en fait, ce sont les violences physiques non crapuleuses, les violences "gratuites" publiques ou privées.

Les émeutes de 2005 n'incombent pas à Monsieur Sarkozy ni même à quiconque mais plutôt à 30 ans d'immobilisme et de laxisme pratiqué par la gauche et la droite molle. Je vous rappelle aussi qu'il n'y a eu aucun mort, ni du côté des émeutiers, ni du côté des forces de l'ordre.

Concernant les violences dans les stades, Monsieur Sarkozy a mis en place une loi en Janvier 2006 afin que les préfets puissent prononcer des interdictions administratives de stades. De plus, des dissolutions des groupes violents et extrêmistes ont été pratiquées.
Revenir en haut Aller en bas
http://president-sarkozy.forumdediscussions.com/index.htm
Sébastien
Admin
avatar

Nombre de messages : 662
Localisation : Lorraine
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: Re: Je t'aime, moi non plus: le cadeau d'adieu de Chirac à Sarko   Ven 13 Avr 2007 - 16:47

Ce sont les chiffres sarkozystes, la réalité est tout autre !

_________________
"Le patriotisme, c'est aimer son pays. Le nationalisme, c'est détester celui des autres" : Charles de Gaulle

"Etre gaulliste, c'est être de gauche et de droite à la fois" : Charles de Gaulle
Revenir en haut Aller en bas
http://u.p.f.over-blog.com
le capitaliste

avatar

Nombre de messages : 205
Localisation : La France d'Après 2007 !
Date d'inscription : 24/12/2006

MessageSujet: Re: Je t'aime, moi non plus: le cadeau d'adieu de Chirac à Sarko   Ven 13 Avr 2007 - 16:52

Sébastien a écrit:
Ce sont les chiffres sarkozystes, la réalité est tout autre !
Faux. Ces chiffres proviennent de l'OND, Observatoire National de la Délinquance. Cet observatoire est un organisme indépendant. Nicolas Sarkozy a fait le pari de la transparence et de la rigueur scientifique dans l’analyse de la délinquance.

De plus, Nicolas Sarkozy a demandé à l'OND de mener une véritable enquête de victimisation, c'est-à-dire de recueillir l'opinion des citoyens sur leur sécurité car l'on sait qu'il existe un écart entre la criminalité vécue et les faits constatés, c'est-à-dire portés à la connaissance des services de police et de gendarmerie.

Ainsi, deux enquêtes ont été menées, l'une en 2005, l'autre en 2006. Elles confirment, d'abord, la baisse des cambriolages et des vols de véhicules. Elles montrent, ensuite, que près de 80% des usagers des services de police et de gendarmerie sont satisfaits de l'accueil et de l'écoute des agents. Elles démontrent, ensuite, qu'entre janvier 2005 et janvier 2006, le sentiment d'insécurité est en baisse tant au domicile que dans le quartier. La population a confiance dans l'action menée par la police et la gendarmerie.
Revenir en haut Aller en bas
http://president-sarkozy.forumdediscussions.com/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Je t'aime, moi non plus: le cadeau d'adieu de Chirac à Sarko   

Revenir en haut Aller en bas
 
Je t'aime, moi non plus: le cadeau d'adieu de Chirac à Sarko
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» quel cadeau pour ma soeur?
» Idées cadeaux pour les 2 ans
» que j'aime la Grèce!
» Carte cadeau sephora... marche pour mac?
» choix cadeau d'anniversaire aux copains

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Union du Peuple Français :: Archives :: Présidentielles et législatives 2007-
Sauter vers: