Union du Peuple Français

Mouvement gaulliste et républicain
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les valeurs du gaullisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sébastien
Admin
avatar

Nombre de messages : 662
Localisation : Lorraine
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: Les valeurs du gaullisme   Mer 13 Déc 2006 - 12:54

Citation :
Le Gaullisme : une doctrine politique
En tant que doctrine politique, le gaullisme se caractérise par :
la participation
le nationalisme républicain


Le Gaullisme : une action politique
En tant qu'action politique (1944-1946 ; 1958-1969), le gaullisme se caractérise par :
les institutions de la Vème République
le pragmatisme économique et social
la décolonisation
la réconciliation franco-allemande (construction européenne)


Le Gaullisme : une action politique

En tant qu'action politique (1944-1946 ; 1958-1969), le gaullisme se caractérise par :

*les institutions de la Vème République
*le pragmatisme économique et social
*la décolonisation
*la réconciliation franco-allemande (construction européenne)


Le Gaullisme : une doctrine politique

En tant que doctrine politique, le gaullisme se caractérise par :

*la participation
*le nationalisme républicain


1- La participation est le premier pilier de la doctrine gaulliste. Elle se décompose en une macro-participation et une micro-participation.

La macro-participation renvoie aux institutions gaullistes et se caractérise par :

*les institutions de la Ve République (1958 ; 1962) : un État fort

*le projet de fusion du Sénat et du Conseil Économique et Social (participation des forces vives de la Nation à l'élaboration de la loi)

*le projet de déconcentration régionaliste

Dans le domaine de la macro-participation, la différence entre la doctrine gaulliste et l'action gaulliste provient essentiellement de l'échec du référendum d'avril 1969. Il y a pourtant dans la pensé politique gaulliste, du discours de Bayeux (1946) au projet de révision constitutionnelle de 1969.

Les références de la macro-participation gaulliste sont le bonapartisme (appel au peuple, démocratie directe) et le corporatisme chrétien (seconde chambre représentant les intérêts catégoriels, mais subordonnée à l'Assemblée Nationale, représentant l'intérêt général).


La micro-participation renvoie à la participation dans l’entreprise à travers le projet d'association capital-travail (troisième voie sociale : ni capitalisme, ni marxisme).

Dans le domaine de la micro-participation la différence entre la doctrine gaulliste et l'action gaulliste provient essentiellement de l'opposition d'une partie de la majorité gaulliste (Georges Pompidou) et de la plupart des partenaires sociaux (patronat par conservatisme social, syndicats par orthodoxie marxiste ou utopie autogestionnaire). La continuité de la pensée politique gaulliste est cependant totale dans ce domaine.


2- Le nationalisme républicain est le second pilier de la doctrine gaulliste. Il se caractérise par l'indépendance nationale et européenne d'une part, le républicanisme d'autre part.

L'indépendance nationale et européenne se caractérise par :

*une Europe des États (confédéralisme)

*une Europe européenne (troisième voie internationale : ni États-Unis d’Amérique, ni Unions soviétique)

*le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes (référendums d’autodétermination)

Dans le domaine de l'indépendance nationale et de la construction européenne, la différence entre la doctrine gaulliste et l'action gaulliste provient essentiellement de l'échec du plan Fouchet (1961-1962).

Le républicanisme gaulliste se caractérise par :

*la primauté du politique (sur l'économique, le financier, l'administratif etc...)

*le respect de l'autorité de l’État

*la solidarité nationale entre les citoyens et entre les territoires (sécurité sociale, services publics, péréquation, etc.)

*l'égalité des chances

*une citoyenneté participative

Les références du républicanisme gaulliste sont la Révolution française, Jules Michelet, Charles Péguy, etc.

Laurent de Boissieu
Journaliste politique
http://gaullisme.free.fr/Gaullismes.htm



Bref, si une célébre phrase du général disait : "Tout le monde a été, est ou sera gaulliste", il est clair que tout le monde n'est pas gaulliste surtout s'il ne respecte et ne défend pas la doctrine gaulliste ... plus clairement les idéaux du général.
Revenir en haut Aller en bas
http://u.p.f.over-blog.com
Cerberux76
Modérateur


Nombre de messages : 335
Date d'inscription : 13/06/2007

MessageSujet: De Gaulle et l'intégration   Mer 16 Avr 2008 - 1:46

Citation rapportée par Philippe De Gaulle dans "De Gaulle, mon père" : "Si une communauté n’est pas acceptée, c’est qu’elle ne donne pas de bons produits, sinon elle est admise sans pro­blème. Si elle se plaint de racisme à son égard, c’est parce qu’elle est porteuse de désordre. Quand elle ne fournit que du bien, tout le monde lui ouvre les bras. Mais il ne faut pas qu’elle vienne chez nous imposer ses mœurs."

Une dernière, dédicace à Nicolas Sarkozy : "L'ambition individuelle est une passion enfantine."

C'est tout simplement énorme ! J'ai passé une bonne partie de la soirée à chercher des citations du général, et le moins que l'on puisse dire, c'est que c'était un génie... des analyses fines, pertinentes et prémonitoires. Et je sens la colère qui monte lorsque l'on salit sa mémoire.

Je suis fier d'être gaulliste, fier d'être à l'UPF.
Revenir en haut Aller en bas
El Caganer



Nombre de messages : 274
Date d'inscription : 19/01/2007

MessageSujet: Re: Les valeurs du gaullisme   Mer 16 Avr 2008 - 12:48

Cerberux76 a écrit:
J'ai passé une bonne partie de la soirée à chercher des citations du général, et le moins que l'on puisse dire, c'est que c'était un génie... des analyses fines, pertinentes et prémonitoires.

Des analyses devenues aujourd'hui "politiquement incorrectes" parce que pertinentes et visionnaires !

Nos hommes politiques actuels sont pathétiques avec leur opportunisme, leur carriérisme, leur manque de courage et de convictions, vraiment de la "chienlit" comme disait le Général.
Revenir en haut Aller en bas
Instit



Nombre de messages : 237
Date d'inscription : 05/10/2007

MessageSujet: Re: Les valeurs du gaullisme   Ven 23 Mai 2008 - 12:15

Quand Sarkozy a été élu président de la République, il est allé fêter son élection au Fouquet’s avec ses 55 meilleurs amis parmi lesquels il y avait Nicolas Baverez, économiste, chroniqueur de l’hebdomadaire Le Point.

Voici la conclusion d’un article de Nicolas Baverez, paru dans Le Monde le 20 mai 2008 :

« La France a tout à gagner à réserver un bon accueil aux fonds souverains qui, encadrés, peuvent contribuer au redéveloppement de son capitalisme sans capital, tout en accélérant la transition vers un Etat moderne, en rupture avec les figures passées de l'Etat-providence, du patriotisme économique, ou de l'Etat-brancardier. »

La rupture selon Sarkozy, c’est exactement ça : c’est la rupture avec les figures passées de l'Etat-providence, du patriotisme économique, et de l'Etat-brancardier. C’est la rupture avec tout ce qui a été construit à la Libération par le gouvernement de Charles De Gaulle. C’est la rupture avec le programme du Conseil National de la Résistance.

Malheur aux pauvres !
Revenir en haut Aller en bas
bobby sands



Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 26/07/2008

MessageSujet: Re: Les valeurs du gaullisme   Sam 26 Juil 2008 - 21:00

Madame, Monsieur,

Je profite de ce présent message pour vous dire à quel point j'admire votre travail mais aussi pour vous féliciter pour la qualité de votre site.

Par ailleurs, j'ai un projet dont il me semble important de vous faire part : la création d'une association d'étude de l'histoire des idées politiques dans un esprit gaulliste et républicain.

Cette association, conçue sous la forme d'un centre de formation, est dénommée "Cercle Aristote". Les cycles de conférences hebdomadaires, à raison de deux séances par semaine, débuteront fin septembre (voir affiche).

Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, en l'assurance de mes sentiments les meilleurs.

Pierre Yves Rougeyron
Revenir en haut Aller en bas
joel rigolat



Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 27/06/2011

MessageSujet: L’héritage gaullien et l’avenir de la France   Lun 15 Aoû 2011 - 7:25

"Puisque tout recommence toujours, ce que j'ai fait sera, tôt ou tard, une source d'ardeurs nouvelles après que j'aurai disparu." (Charles de Gaulle)

Aujourd’hui beaucoup de gens se proclament gaullistes mais au fait qu’est-ce que le gaullisme ?

D’abord c’est un fait historique, une action de libération nationale, incarnée par la France libre et la Résistance, menée au cours de la seconde guerre mondiale sous l’égide du Général de Gaulle et qui a permis à la France de se retrouver à la table des vainqueurs le 8 mai 1945. Celui-ci incarnait la légitimité nationale face à ceux qui avaient accepté la soumission à l’ennemi et qui collaboraient avec lui.

Ensuite cela a été une action politique lorsque le Général de Gaulle a occupé le pouvoir entre 1944 et 1946 puis entre 1958 et 1969 avec notamment la décolonisation, la force de dissuasion nucléaire, la sortie du commandement intégré de l’OTAN, la fin de la guerre d’Algérie et la réconciliation franco-allemande.

Le gaullisme est aussi un pragmatisme. Il ne s’agit pas d’un pragmatisme idéologique visant à amoindrir ses objectifs et limiter son horizon mais un pragmatisme du choix des moyens et du moment pour réaliser ces objectifs…
"En économie, non plus qu'en politique ou en stratégie, il n'existe, à mon sens, de vérité absolue. Mais il y a les circonstances." (Mémoires de guerre).
Le courant pompidolien (d’où sont issus Chirac, Balladur et Sarkozy) a joué son rôle néfaste en ne retenant que le pragmatisme et en le vidant de tout contenu idéologique. En définitive, il s’est mué en un courant conservateur atlantiste et pro-européen.

Il existe aussi une philosophie gaullienne ou plutôt une philosophie de l’action ! Elle prône le volontarisme contre le fatalisme et l’action contre l’attentisme. Bref tout l’inverse de ce qui se fait actuellement ! Nos dirigeants nous présentent la mondialisation comme un fait inéluctable qu’on ne peut changer et ils recherchent les moyens de calmer les marchés en se soumettant à leur diktat ! Bref, la philosophie de nos gouvernants est à l’opposé de la philosophie gaullienne !

Il me semble essentiel maintenant de rappeler ici le corpus des idées gaulliennes que l’on peut tirer des écrits, déclarations et interviews du Général de Gaulle lui-même…

Charles de Gaulle a fixé les trois piliers de la pensée gaullienne dans le petit texte qui figurait au dos des cartes du R.P.F. (le Rassemblement du Peuple Français fondé en 1947 par le Général) : "Comme chacun des compagnons du Rassemblement, vous vous êtes engagé à participer personnellement à l'action que je dirige pour le maintien de l'indépendance nationale, une véritable transformation sociale et le changement de régime, conditions indispensables du redressement de la France."

Nous avons donc là la meilleure synthèse en quelques mots des idées gaulliennes.

La défense de la souveraineté nationale est bien évidemment le premier aspect, probablement le plus important à ses yeux…
Il constitue le fil rouge de toute sa vie publique et trouve ses racines dans son action durant la seconde guerre mondiale pour la restauration de la souveraineté nationale de la France afin de pouvoir s’asseoir à la table des vainqueurs, ce qui fut fait le 8 mai 1945.
Revenu au pouvoir en 1958, il a doté la France de l’arme nucléaire permettant à notre pays de figurer parmi les grandes puissances de la planète et de garantir cette indépendance si chèrement recouvrée. Le Général s’est également opposé à Europe supranationale de Bruxelles qu’il soupçonnait fort de servir la politique des États-Unis et il défendait un concept d'"Europe européenne" fondée sur les Nations rejetant évidemment toutes visées supranationales dans laquelle la France se trouverait soumise…
Enfin la sortie du commandement intégré de l’OTAN devait permettre à la France de disposer elle-même de sa propre politique de défense et de ne pas être entrainée dans une guerre qu'elle n’aurait pas choisie… Aujourd’hui nous dirions qu’il était souverainiste, même si certains veulent essayer de nous faire croire le contraire… et qu’il aurait été l’un des pères de l’Europe ! On croit rêver…

En deuxième position, nous avons la transformation sociale. Si l'on se réfère à ses discours et à ses écrits de cette période du R.P.F., il nous parlait d’association, association entre le capital et le travail… Il dessinait là un véritable projet de société à mi-distance du capitalisme, qu’il condamnait, et du socialisme qu’il exécrait tout autant…
Les salariés devaient participer effectivement à la marche de l’entreprise et intervenir dans les choix de l’entreprise par l’élection de représentants élus. Une petite révolution pour l’époque… Il avait une certaine idée de la France mais qu’il ne séparait pas d’une certaine idée de l’homme. C’est pourquoi il est extrêmement curieux de trouver, aujourd’hui, des OPNI (objets politiques non identifiés) se réclamant du gaullisme mais qui en oublient soigneusement le volet social qui est pourtant un volet non séparable du reste des principes gaulliens. En fait, il s’agit souvent de conservateurs, héritiers politiques du pompidolisme, défendant des positions extrêmement libérales en économie et très peu gaullien quant au fond réel… ils s’affirment de « droite », en dépit du fait que le Général lui-même récusait ce clivage gauche-droite.

"Ce n’est pas la gauche, la France ! Ce n’est pas la droite, la France ! Naturellement, les Français, comme de tout temps, ressentent en eux des courants. Il y a l’éternel courant du mouvement qui va aux réformes, qui va aux changements, qui est naturellement nécessaire, et puis, il y a aussi un courant de l’ordre, de la règle, de la tradition, qui, lui aussi, est nécessaire. C’est avec tout cela qu’on fait la France. Prétendre faire la France avec une fraction, c’est une erreur grave, et prétendre représenter la France au nom d’une fraction, c’est une erreur nationale impardonnable. Vous me dites : à droite, on dit que je fais une politique de gauche au-dehors ; à gauche, du reste vous le savez bien, on dit : de Gaulle, il est là pour la droite, pour les monopoles, pour je ne sais quoi. Le fait que les partisans de droite et les partisans de gauche déclarent que j’appartiens à l’autre côté, prouve précisément ce que je vous dis, c’est-à-dire que, maintenant comme toujours, je ne suis pas d’un côté, je ne suis pas de l’autre, je suis pour la France." (Charles de Gaulle, 15/12/1965)

En troisième position nous avons le changement de régime. Le Général avait expliqué à Bayeux en 1946 ses conceptions constitutionnelles qu’il pu mettre en pratique avec la constitution de la Vème République en 1958. Les gaullistes dignes de ce nom défendent donc les institutions de la Vème République qui ont donné à la France la stabilité nécessaire de l’exécutif afin d’être mieux armé pour affronter le monde ou nous vivons ; d’ailleurs cette constitution a permis à la France de traverser des tempêtes redoutables : guerre Algérie ou mai 68. Elle a également permis de réaliser l’alternance politique et à François Mitterrand, son plus célèbre censeur, de se couler dans le costume présidentiel sans rien y changer d’essentiel ! Ce fut là, sans le vouloir, un véritable hommage posthume à notre constitution…

Aujourd’hui le monde connait une crise extrêmement grave dans laquelle se débat le capitalisme qui y joue probablement sa survie ! La voracité d’une minorité au détriment des classes moyennes et des couches populaires met en danger le système lui-même ! Ce fait majeur s’est étendu à la planète entière donnant à cette crise un caractère systèmique.
La France n’a pas été épargnée par cette crise majeure car le pouvoir a été confisqué par une oligarchie mondialisée qui, grâce à l’Union Européenne, a favorisé la déréglementation généralisée de notre économie et l’évaporation de l’Etat au profit d’une décentralisation et d’une concurrence « libre et non faussée » made in Brussels…
La lutte entre la « droite » et la « gauche » n’est plus qu’un théâtre d’ombres ou se déroulent des vrais-fausses alternances entre UMP et PS qui ont tous accepté le nouvel ordre mondial et la soumission aux marchés.

Pour les gaullistes authentiques la confusion régnante ne rend pas la tâche facile ! En cet an de grâce 2011, nous sommes probablement à la croisée des chemins en ce qui concerne l’avenir du courant gaulliste dans notre pays, et à travers lui, l’avenir de la France elle-même…

Nous entendons rester fidèle au programme du Conseil national de la Résistance (C.N.R.), adopté le 15 mars 1944, qui liait la nécessaire lutte de libération nationale à une transformation sociale majeure de notre pays. Aujourd’hui nous en sommes revenus à une situation similaire, l’héritage du C.N.R. étant remis en cause.
On le voit bien, cet héritage gaullien est essentiel pour essayer de démêler tous les fils afin de trouver les moyens du redressement national et du retour de la France au premier plan, en terme gaullien de sa grandeur ! Il s’agit de combattre l’effacement programmé de notre Nation au profit du seul monde anglo-saxon porteur de guerres, de catastrophes écologiques et climatiques ainsi que de misères… Nous sommes à la veille d’une bataille présidentielle où ceux qui se réclament de l’action et des idées du Général de Gaulle devront faire preuve d’une grande sagacité pour ne pas rater ce rendez-vous essentiel de la France avec elle-même.

Aujourd’hui, nous nous adressons à tous les républicains, d’où qu’ils viennent de droite, de gauche, du centre ou d’ailleurs, et qui veulent retrouver ce qui a fait de nous ce que nous sommes afin de pouvoir continuer à diffuser dans le monde terrible que nous vivons un message de paix, de dialogue et de solidarité entre les peuples de la planète. Seule la France, de par son histoire deux fois millénaires, peut le faire !
Bien évidemment cela ne peut se faire avec les tenants du système actuel et de leurs affidés. Cela ne peut se faire non plus avec les tenants de extrême-droite qui trouvent chez les musulmans des responsables commodes de la crise actuelle afin de détourner la légitime colère populaire de l’oligarchie en désignant des boucs émissaires ! Certains même de ces parangons d'extrême-droite se proclament « gaullistes » ! La confusion est à son comble !

Ainsi, dans les mois à venir, devra s’organiser dans notre pays un courant authentiquement gaulliste pour le renouveau de la France, de ses valeurs républicaines et sociales. Il s’agit, rien de moins, que d’assurer l’avenir de notre cher et beau pays !
Revenir en haut Aller en bas
Sébastien
Admin
avatar

Nombre de messages : 662
Localisation : Lorraine
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: Re: Les valeurs du gaullisme   Jeu 24 Jan 2013 - 14:56

LE GAULLISME, LA TROISIEME VOIE...

Qu'est ce que le gaullisme finalement ? en analysant bien nous pouvons résumer au fait que le gaullisme c'est une 3ème voie...

Le Gaullisme, c'est une 3ème voie institutionnelle : entre le régime présidentiel à l'américaine qui conduit en cas de majorité parlementaire opposée au président de la République à une politique du compromis voire à l'immobilisme et un régime parlementaire qui conduit à l'instabilité et au régime des partis comme nous l'a montré la IVème République, le gaullisme a su instaurer une 3ème voie institutionnelle associant à la fois un régime où le pouvoir exécutif permet d'avoir un état fort et dirigé tout en donnant au parlement un pouvoir de contrôle sur celui-ci, pouvant de fait renverser tout gouvernement. La Vème république est en effet un régime semi présidentiel - semi parlementaire qui a démontré une véritable stabilité et adaptabilité !

Le Gaullisme, c'est une 3ème voie européenne : entre l'Europe fédérale proposée par ceux qui entendent diluer les nations et le repli sur soi voulu par certains qui conduirait inévitablement à la clochardisation de la France, le gaullisme entend proposer, quant à lui, une Europe des nations et des peuples ! Celle-ci est basée sur la coopération entre les états européens, tout en garantissant que l'union ne soumettrait pas les nations à des directives supranationales qu'elles n'auraient pas elles même consenties !

Le Gaullisme, c'est une 3ème voie économique : face au dirigisme qui ne dirige rien et au libéralisme qui ne libère personne, l'idée de la 3ème voie sociale -s'opposant à la fois au capitalisme et au collectivisme- défendue par le gaullisme entend ainsi associer le capital et le travail. Cette vision économique et sociale, de Gaulle la puisa tout naturellement dans ses origines politiques, le catholicisme social. La participation gaullienne, du nom qui lui fut donné, entend dès lors instaurer une véritable démocratie sociale au sein de l'entreprise donnant accès à la classe ouvrière à la participation au capital, aux responsabilités et aux bénéfices de celle-ci.

Le Gaullisme, c'est également une 3ème voie politique : entre la droite et la gauche qui divise les français, mais sans se confondre avec un centrisme mou, le gaullisme incarne une 3ème voie politique, une voie centrale qui entend rassembler le peuple français par delà les clivages politiques autour de la France. Non, le gaullisme n'a jamais été une vision politique de droite et encore moins de ce camp qui n'a de cesse combattu le général de Gaulle de son vivant -que ce soit par les armes comme par les urnes- qu'est l'extrême droite ! Prétendre défendre un camp au nom du gaullisme est une erreur historique et prétendre s'allier à l'extrême droite au nom du gaullisme ce n'est autre que salir et souiller la mémoire du général de Gaulle !

_________________
"Le patriotisme, c'est aimer son pays. Le nationalisme, c'est détester celui des autres" : Charles de Gaulle

"Etre gaulliste, c'est être de gauche et de droite à la fois" : Charles de Gaulle
Revenir en haut Aller en bas
http://u.p.f.over-blog.com
dadoun

avatar

Nombre de messages : 173
Date d'inscription : 05/12/2008

MessageSujet: Re: Les valeurs du gaullisme   Dim 14 Avr 2013 - 19:13

Le gaullisme, une troisième voie oui, mais sans non plus s'allier avec les socio-libéraux du Parti Socialiste et de la gauche.

Le gaullisme c'est être libre du clivage et être sans alliance.
Le gaullisme c'est être droit dans ses bottes et ne faire allégeance ni à la droite, ni au centre ni à la gauche.
Le gaullisme c'est être la droite et la gauche en même temps, c'est asseoir sa politique localement avant de l'asseoir nationalement et au niveau européen.

Etre gaulliste, c'est rassembler et non pas se battre entre chapelles gaulliennes.

Le gaullisme est, sur le papier bien beau, mais qui est capable de le mettre en application ?
Pas les gaullistes qui sont dispersés et qui briguent un poste sous une étiquette d'un autre parti.
Alors Gaullistes, regroupez vous et quittez la droite traditionnelle, la gauche traditionnelle et le centre qui disparait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les valeurs du gaullisme   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les valeurs du gaullisme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rejetons les paroles sans valeurs de ce monde éloigné de Dieu
» Valeurs (de vie / éducation)
» "Valeurs Démocrates"
» Le sens Sacré des valeurs
» Réinvention des VALEURS FEMININES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Union du Peuple Français :: Le gaullisme :: L'héritage et la doctrine gaulliste-
Sauter vers: